Rencontre des acteurs de solidarité: Les plus beaux regards sont ceux qui nous espèrent !

Mardi 8 avril, à la chapelle de la communauté des Augustines, la rencontre des acteurs de la solidarité a rassemblé une cinquantaine de personnes, faisant partie de diverses associations caritatives, confessionnelles ou non.

Cette rencontre était organisée par quelques acteurs de la solidarité et le Père Tanneguy de Saint-Martin, dans le cadre de l'orientation diocésaine Diaconia : service du frère.

"Diaconia, le pont de la rencontre"
"Diaconia, le pont de la rencontre"

Un pont constitué d'une vingtaine de cartons avec affiches, photos, logos de diverses associations, symbolisait la rencontre.

Des extraits de témoignages du pape François, de l'Abbé Pierre, Mère Térésa, Sœur Emmanuelle, Martin Luther King, Frédéric Ozanam et Coluche nous invitaient à mettre nos pas dans les pas de ces grands témoins.

Le Père Tanneguy guidait ensuite notre réflexion à partir de l'Evangile des talents (voir plus bas) et notre prière.

 

Le temps de rencontre s'achevait par un goûter aimablement préparé par la communauté des Augustines, goûter au cours duquel chacun a pu échanger avec des bénévoles d'autres associations.

 


Extraits de l'homélie du Père Tanneguy de Saint-Martin

 

Les plus beaux regards sont ceux qui nous espèrent !

 

Vivre la diaconie, c’est reconnaître et découvrir le talent des autres, servir en se laissant enrichir par la rencontre, en se dépouillant de l’illusion que c’est d’abord nous qui devons donner alors que c’est peut-être à nous de recevoir. Libérer les talents au cœur de la fragilité comme une présence de Dieu. La personne pauvre est parfois défigurée mais c’est elle qui par son authenticité nous évangélise. Elle a bien souvent laissé, non sans souffrances, tomber le masque du paraître.

 

Quelle que soit l’association d’aide dont nous sommes membres, nous cultivons un regard non jugeant, empathique vis-à-vis de ceux qui viennent demander une aide ; et nous pouvons même cultiver, par une écoute bienveillante, un regard de compassion ; mais si ces deux regards sont essentiels pour les personnes accueillies , il n’en reste pas moins que le plus beau regard est celui qui nous espère.  

 

Paul Baudiquey a écrit :

 

 

« Les vrais, les seuls regards d'amour sont ceux qui nous espèrent, qui nous envisagent au lieu de nous dévisager ».

 

De fait, quel cadeau que la rencontre d’un regard qui s’illumine comme s’il lisait en nous à livre ouvert ; un regard qui découvre les nombreux talents qu’un manque de confiance a maintenus enfouis derrière échecs ou blessures. Un regard qui voit et qui croit en de nombreux possibles et qui du coup libère intérieurement la personne, l’invitant à se faire confiance.

 

            Bref, nous qui sommes au service de la diaconie, c’est-à-dire du côté des aidants, que notre attention soit semence du royaume ; que notre regard soit parole,  de celles qui relèvent, de celles qui nous lient au serviteur des serviteurs : « Lève-toi ! Prends ton grabat et marche ! »

 

                                                                                                 P. Tanneguy de Saint-Martin +