Plouneour-menez : grand succes de la Messe en breton

C'est toute en breton que la messe de ce 5ème dimanche de Pâques a été célébrée en l’église de Plounéour-Ménez.

Vente de gâteaux à la sortie de la messe, avec, au fond, Sylvie VERMES du Pôle Jeunesse, et le Père Daniel de KERDANET
Vente de gâteaux à la sortie de la messe, avec, au fond, Sylvie VERMES du Pôle Jeunesse, et le Père Daniel de KERDANET

En effet, le doyenné essaye d'organiser une telle célébration en breton à fréquence régulière (à peu près une messe tous les deux/trois mois), en changeant de clocher à chaque fois (Ste-Sève en octobe, Guimaëc en décembre et Plougonven en mars).

C'est le Père Daniel de KERDANET, parfaitement bilingue, qui préside alors les célébrations, assisté de Stéphane LE GALL pour l'animation.

Les fidèles viennent, comme ce dimanche, à chaque fois en nombre, ravis de pouvoir vivre leur foi en breton.

 

A la fin de la célébration d'aujourd'hui, une vente de gâteaux était organisée sous le porche. La recette permettra de faire baisser le coût du déplacement en car en vue du grand rassemblement JOYFUL les 8 et 9 mai prochain à Brest.  Plus de 1000 jeunes de 11 à 30 ans provenant de tout le diocèse sont attendus pour cet événement. 


Le témoignage de François

Quel a été votre premier sentiment à la sortie de cette messe en breton, François ?

Impressionné !

Je ne connaissais pas l'église de Plounéour-Ménez, et j'ai vraiment été impressionné du nombre de personnes présentes.  Je ne m'y attendais pas! Des personnes de Pleyber bien sûr. C'est normal, car à Pleyber, on est vraiment au cœur de la culture bretonne. Mais aussi de plus loin! Moi, je viens de Saint-Sève (nous étions 4 ou 5 de Sainte-Sève), mais j'ai également reconnu des personnes de Saint-Martin, et plus largement de tout le doyenné.

Cette messe a donc un impact plus large que le territoire local. Il est bien possible que certaines personnes soient venues uniquement parce que c'était en breton !

Vous êtes donc un fidèle des messes en breton ?

J'avais animé celle de Ste Sève en octobre dernier, mais n'avais pas pu me rendre à celles de Guimaëc et Plougonven. C'est pourquoi je tenais à être là pour celle-ci!

Ces messes en breton sont une nouveauté, une sorte d'expérimentation. C'est une sorte de retour à des pratiques d'avant, mais avec une note modernisée! Daniel (Père Daniel de KERDANET ) et Stéphane (Stéphane LE GALL, l'animateur), donnent là, et en breton, une image vraiment positive et jeune de l'Eglise! 

Le prêche de Daniel mixe d'ailleurs les deux (bretons et français), et ça, c'est important pour la bonne compréhension de l'homélie. Pour des personnes comme moi, qui comprennons le breton, mais avec une certaine... lenteur, c'est primordial ! Le document qui était remis dimanche était d'ailleurs bilingue,  et cela apportait une compréhension à deux dimensions, même pour les moins aguéris à la langue bretonne! Tout le monde pouvait suivre. 

Animateur vous-même à l'église de Ste Sève, avez-vous eu un regard particulier quant au déroulement de la célébration ?

 Oui! Forcément! Daniel a beau être prêtre référent sur ces célébrations en breton, il faut aussi que les laïcs soit impliqués, et pour le coup, des laïcs très imprégnés de la culture bretonne! Ce n'est donc pas évident de trouver du monde!

Mais j'ai tout de suite noté qu'autour de Stéphane LE GALL, il y avait vraiment beaucoup de personnes impliquées dans l'animation: Marie-Claude bien sûr, plusieurs lecteurs de Pleyber... Toutes parlaient très bien breton, avec une excellente diction. C'est vraiment primordial pour la compréhension quand on fait partie de l'assistance et qu'on n'est pas parfaitement bilingue! Et tout était extrêmement bien coordonné ! 

Animateur moi-même, j'ai donc été une nouvelle fois impressionné par le formidable travail d'équipe réalisé! 

Un dernier mot ?

Un vrai bon moment! Avec une messe bien faite, bien menée, bien préparée, et une ambiance très bonne. 

J'ai particulièrement apprécié la simplicité de la démarche, le partage de la charge de la mission confiée. Le petit plus :  l'envie de faire convivialité, d'échanger (en breton ou non), autour du pot organisé en fin de célébration.  

Kenavo deoc'h !



Les photos

(clic sur l'image pour afficher le diaporama et les légendes)


(Texte et photos : Pierre TIBURCE)

(Propos recueillis par Béatrice de LIGNIERES)