dimanche de la misericorde : "Rendons grâce à Dieu pour cette magnifique  journée !"

Mgr Dognin, quelques instants avant d'ouvrir la porte sainte de ND de Kernitron
Mgr Dognin, quelques instants avant d'ouvrir la porte sainte de ND de Kernitron

Tous les échos sont unanimes : c'est une journée vraiment magnifique, vraiment réussie qui s'est déroulée sur ND de Kernitron tout au long de ce dimanche 28 février, 2ème temps fort du week-end de la Miséricorde en doyenné (la veille se déroulait, sur St Mathieu, le samedi de la Miséricorde lire l'article).


On pourrait vous parler de cette réussite en termes de météo (une journée ensoleillée, très inattendue dans les actuelles giboulées), ou encore en termes de participation (un record d'affluence à tous les moments qui ont rythmé la journée).

On pourrait également vous avancer des arguments de réussites techniques, organisationnelles et managériales, en évoquant  le formidable travail des équipes de bénévoles (un grand bravo à tous). Et on pourrait même verser dans la réussite communicationnelle, en évoquant la présence Mgr Dognin, "guest-star" du jour.

 

Pourtant, ce que tous les participants vous rapporteront en premier lieu, enthousiastes, c'est la profondeur du moment vécu :

  • C'était un "moment très fort, très riche" (Jacques).
  • Il  "renforce la Fraternité entre nous" (Etienne).
  • "Les témoignages m'ont beaucoup interpellée, ils ont bougé quelque chose en moi !" (Marie). 
  • "J'ai été si heureux de vivre ce beau moment d'Eglise avec notre évêque, les prêtres, et tous les gens du doyenné, et tout cela en lien avec tous les souffrants et ceux qui les accompagnent !" (Jean-Louis)...

Le mot de Marie-Thérèse résumera le ressenti de tous : "Ce sont des jours comme celui-là qui nous éclairent dans notre vie de tous les jours".

Alors, oui, plusieurs facteurs ont bien sûr favorisé la participation à ce dimanche de la Miséricorde : la présence de l’évêque, le thème de la miséricorde, la synergie d'un vécu en doyenné, le soleil... Mais surtout, "il y avait du fond à cette journée : la Porte qu’est le Christ, la célébration de l’amour de Dieu, le souci du soin aux souffrants. Vraiment, oui, nous pouvons vraiment rendre grâce à Dieu pour ce beau moment. " (P. Yves).

 

 


8h45 - départ des marches de Carême 

Il y en avait du monde dès 8h45 du matin, aux portes des églises de Guimaec et ND des Joies. Près d'une centaine de marcheurs (dont plusieurs enfants du caté) s'est ainsi lancée sur les chemins de Kernitron, chaussures de rando bien lacées aux pieds, bonnets bien vissés sur la tête. "Du jamais vu!", nous confirme Dominique, fidèle des marches de Carême sur l'ensemble paroissial. 

8h45 : Départ recueilli depuis ND des Joies
8h45 : Départ recueilli depuis ND des Joies

Les voitures de randonneurs
Les voitures de randonneurs
9h30 : départ depuis l'église de Guimaëc (avec les enfants du caté)
9h30 : départ depuis l'église de Guimaëc (avec les enfants du caté)
La procession des marcheurs
La procession des marcheurs


De 9h45 à 10h45 : des temps émouvants de témoignages et d'échanges

10h00 : pause café bien appréciée pour les marcheurs et les nouveaux arrivants
10h00 : pause café bien appréciée pour les marcheurs et les nouveaux arrivants
A l'arrivée au sanctuaire de ND de Kernitron, l'assemblée a encore pris de l'ampleur, pour prendre part aux temps de témoignage et d'échange organisés par la pastorale de la santé, sur le thème "A l'écoute des souffrants et de

leurs accompagnants".

Les prêtres étaient également disponibles pour donner le sacrement de réconciliation.
Témoignage de Marie-André, médecin hospitalier
Témoignage de Marie-André, médecin hospitalier
... et temps d'échanges !
... et temps d'échanges !


11h00 : Mgr Dognin ouvre la porte sainte devant plus de 500 fidèles

11h00 : Mgr Dognin ouvre liturgiquement la porte sainte du Santuaire ND de Kernitron, et la frappe 3 fois de sa crosse.
11h00 : Mgr Dognin ouvre liturgiquement la porte sainte du Santuaire ND de Kernitron, et la frappe 3 fois de sa crosse.

Et à l'heure de la messe, ce sont près de 500 personnes qui ont ainsi franchi la porte sainte de ND de Kernitron, dans la suite de l'évêque Mgr Dognin.

La célébration qui a suivie, avec une "belle liturgie, de beaux chants" (Jacques), "une homélie de l'évêque * qui m'a beaucoup touchée" (Marie-France), une "assemblée très priante" (Ewen), a duré plus d'1h30. 

Juste assez pour rendre bien appréciable le vin chaud qui a suivi : la "température dans la chapelle avoisinait tout de même les 7°C !" (Dominique).

 

* L'homélie de l'évêque : ICI

 

10h05 : près de 500 fidèles attendent de franchir la porte de sainte
10h05 : près de 500 fidèles attendent de franchir la porte de sainte
Chacun a pu trouver une place assise grâce à la bonne réactivité des bénévoles, et ainsi profiter au mieux de la célébration
Chacun a pu trouver une place assise grâce à la bonne réactivité des bénévoles, et ainsi profiter au mieux de la célébration

Pourquoi franchir une prote sainte ? 

 

Lors d’une Année Sainte, chaque évêque détermine au moins un lieu où les fidèles pourront faire une démarche de pèlerinage à l’occasion du Jubilé de la Miséricorde. Franchir une Porte Sainte, c’est exprimer symboliquement son désir de passer du péché vers la grâce, l’amour et le pardon.

++

Les servants d'autel étaient nombreux, venus de tout le doyenné
Les servants d'autel étaient nombreux, venus de tout le doyenné


13h-14h : au presbytère, c'est bien plus qu'un pique-nique qui se partage !

A l'heure du pique-nique, les 3 étages du presbytère de Lanmeur se sont retrouvés bien occupés !
A l'heure du pique-nique, les 3 étages du presbytère de Lanmeur se sont retrouvés bien occupés !

Le pique-nique s'est ensuite déroulé au presbytère : les 3 étages et les nombreuses salles y ont à peine suffi à accueillir tous les convives.

Louis était ému de "voir le presbytère revivre, vibrer ainsi de plein de conversations". Marie , quant à elle, résume son sentiment dans un éclat de rire : "On papote, on papote... On retrouve des têtes qu'on ne voit pas souvent !  On rigole !" (Denise), "C'est comme un jour de fête", la coupe Marie-Thérèse.

 


14h30 : temps de prière et d'échanges pour les souffrants avec Mgr Dognin, et clôture de la journée

L'après-midi a été propice à de nombreux moments de partage entre l'évêque et les paroissiens, dans une très grande simplicité et une très grande richesse.
L'après-midi a été propice à de nombreux moments de partage entre l'évêque et les paroissiens, dans une très grande simplicité et une très grande richesse.
L'après-midi a été propice à de nombreux moments de partage entre l'évêque et les paroissiens, dans une très grande simplicité et une très grande richesse.
L'après-midi a été propice à de nombreux moments de partage entre l'évêque et les paroissiens, dans une très grande simplicité et une très grande richesse.
Sur l'après-midi, une soixantaine de personnes se sont retrouvées autour de Mgr Dognin et des responsables de la pastorale de la santé*, pour un nouveau temps de prières et d'échanges pour les malades et les souffrants.
 "C'est vraiment intense, lorsqu’on prie ainsi pour les malades, pour nos malades. Il y a une très forte charge affective" (Yves). 

 ______________________________

* du Service Evangélique des Malades (SEM) ainsi que du groupe des Chrétiens Soignants

 

Groupe de prière pour les malades et les souffrants à l'église.
Groupe de prière pour les malades et les souffrants à l'église.

15h00 : Mgr Dognin clôture la journée
15h00 : Mgr Dognin clôture la journée

Et en clôture de journée, en communion de prières avec et pour tous les souffrants, c'est une " cérémonie pleine d’émotion, le coeur rempli de Miséricorde" (Marie),  qui a été vécue par tous.

 

Et Alain de rajouter : "Je suis heureux d'avoir pu vivre cette magnifique journée. Merci."


15h30 : "Difficile de se quitter après un tel moment de grâce !"
15h30 : "Difficile de se quitter après un tel moment de grâce !"
Et c'est donc avec un dernier café au presbytère que la journée a joué les prolongations  !
Et c'est donc avec un dernier café au presbytère que la journée a joué les prolongations !


Photos: Alain Tirilly et Annick Toullec - Texte : BL (d'après les messages reçus des uns et des autres)