billet: semaine de l'unité chrétienne: l'amour du christ nous presse

Chaque année, le principal temps fort œcuménique demeure la «Semaine de prière pour l’unité chrétienne» qui, depuis 1908, rassemble des chrétiens de toutes confessions du 18 au 25 janvier.

pour mémoire


Pour mémoire, le 31 octobre 1517, Martin Luther affichait sur la porte de l'église du château de Wittenberg ses 95 thèses sur les indulgences qui déclenchèrent le mouvement de la Réforme protestante. A l'occasion des 500 ans de cet événement et pour une commémoration commune des origines de la Réforme en 2017, les Églises d’Allemagne proposent comme fil conducteur de la Semaine de prière pour l'unité chrétienne de cette année, l’œuvre de réconciliation du Christ, à partir d’un passage de la deuxième lettre de Paul aux Corinthiens (2 Co 5,14-20). Le thème est formulé ainsi : Parole de réconciliation : "l'amour du Christ nous presse".

 

ce que nous avons en commun


Des différences nous gardent séparés : la vision de l’Église et de son rapport à l’Écriture, le rôle des prêtres et des pasteurs, la présence du Christ dans l’Eucharistie, la sacramentalité du mariage, la question de Marie et de la sexualité. Mais ce sont de petites choses comparé à ce que nous avons en commun: le Christ, fils du Père, dans la communion de l’Esprit Saint. Cependant reconnaissons volontiers que les protestants sont divers, que les catholiques sont divers, que des catholiques et protestants peuvent être plus proches entre eux qu’avec des membres de leurs églises respectives …

prière


 

« Seigneur ! Puisse chaque Église reconnaître aujourd’hui le mal qu’elle a fait à d’autres chrétiens et en demander humblement pardon, et puisse-t-elle entendre la même demande que d’autres chrétiens lui adressent et, à son tour, leur accorder son pardon. Agissant ainsi, nous te demanderons de pardonner toi-même nos propres offenses. »

 

P. Yves Laurent, curé.

Sur le pays de Morlaix les Églises Catholique, Évangélique, Baptiste se rencontrent. Des personnes orthodoxes célèbrent un culte une fois par mois à la chapelle de Coatserho. Désormais, par la famille Aolo, des membres de l’Église d’Orient « Syriaque Catholique » sont présents aussi.